Édition 2010 : plus de fréquentation, un public de lecteurs

Publié le par Expressions Littéraires Universelles

livresÇa y est, c'est fait, le salon est derrière nous, avec son lot de surprises, de fatigue, mais aussi de bons moments. Pas le temps de se reposer, les bénévoles ont encore à faire : récupérer les akylux et affiches sur le bord des routes, les banderoles, nettoyer les salles, tout rentrer le matériel, régler toutes les tâches administratives et comptables… et retourner au travail, comme si de rien n'était.

 

 

18 et 20 juin 0942010, une édition chaleureuse malgré le vent.
7h du matin, branle-bas de combat au sein de l'équipe, une question ronge tous les esprits : que fait-on?
Tous se souviennent du froid de l'an passé, de ce vent qui glaçait jusqu'aux os malgré ce mois de juin déjà bien avancé. Hors question de recommencer, le vent souffle et juin ne tient pas ses promesses.
La salle des fêtes était prévue comme lieu de repli, mais voilà, elle est excentrée, alors qu'il va y avoir de l'animation au village avec la fête de la musique, l'élection de "Miss rosé" et d'autres festivités. C'est dans ces moments-là qu'on se sent tout petit et que, peut-être à cause de cela, certaines solutions, pourtant présentes sous nos yeux, nous apparaissent comme une solution acceptable!
Deux salles proches l'une de l'autre, donnant sur la place principale, peuvent servir à abriter les éditeurs. Mesurer, compter, remesurer et recompter, oui, la petite salle peut servir aux éditeurs jeunesse et la grande pour les autres, tous les stands peuvent rentrer. Il faut prendre la décision, elle est prise. Grand bien nous a pris puisque tout s'est déroulé à merveille.



18 et 20 juin 087Des animations très appréciées

Le programme était juste chargé comme il faut (voir article à ce sujet). Pas de retard, pas de bousculade. La qualité, l'auditoire et les échanges à chaque rendez-vous.
18 et 20 juin 080Sylvain Riccio a signé son contrat d'édition devant les journalistes, en présence de l'éditrice, de Patrice Drevet, Parrain 2010, de Alain Enjolras de radio MIX, de représentants du lycée et de lycéens venus rencontrer l'auteur malgré la pression du Bac et de ses révisions de dernière minute.
Un auteur qui signe son contrat sur un salon devant un parterre de lecteurs, d'éditeurs et de journalistes, voilà un symbole fort qui, à ressentir l'émotion transportée par les quelques mots, a dû toucher le nouvel auteur. Rendez-vous est pris à l'automne pour la parution de son roman "Poussière d'écume".


Un grand merci à "Merci Marlène", le groupe de musique qui a dû s'adapter à la situation. Jouer en formation réduite, en acoustique, sans trop de décibel… Nous avons pu apprécier leur talent, mais surtout leur joie de vivre, de jouer, de chanter et de faire bouger les pieds, les mains et l'esprit des spectateurs. Ils seront de nouveau à Ste Cécile le 3 juillet à l'occasion de "Les arts en scène" (voir leur site)

18 et 20 juin 099

 

Chapeau bas à Christian et Dominique, de la troupe du Bonnet noir !
Ils ne se sont pas contenté de refaire comme en 2009, non, cette année, ils nous ont encore épatés, nous, mais surtout les enfants. Ils ont su apporter une couleur artistique et ludique en proposant des joutes de dessins. On ne trompe pas les enfants, on ne s'improvise pas amuseur ou magicien, le savoir-faire doit être là, mais aussi le talent et nos deux amis en ont !



18 et 20 juin 123Un public de lecteurs

Malgré le vent encore, les lecteurs sont venus découvrir la production 2009/2010 de l'édition indépendante. Certains sont repartis vers Marseille, Montpellier, Lyon, Paris, la Lorraine, le Nord de la France, la Suisse avec plusieurs titres, cinq, six, dix… Des romans, des livres jeunesse, des beaux livres, toute la diversité proposée sur les stands d'éditeurs. Certains auteurs présents ont pu dédcacer leurs ouvrages.
Au milieu des dizaines de dates autour du livre dans la région, "Lire entre les vignes" commence à marquer son empreinte, à affirmer sa personnalité. L'exigence portée à la sélection des éditeurs, pas toujours simple à faire passer, en était là récompensée. ELU (Expression Littéraires Universelles) qui s'occupe de cette facette du salon nourrit une vision à long terme, sans répondre au chants des sirènes qui voudraient s'immiscer. Nous continuerons à garder la barre au niveau où nous souhaitons la voir : un vrai rendez vous des amoureux des mots, des images, mais aussi de la fête, de la pluridisciplinarité.

18 et 20 juin 139Une organisation qui sait se remettre en question pour avancer
Comme le disait Corinne lors d'une intervention, une telle manifestation, c'est un travail d'équipe sur une année, un croisement de compétences, une remise en question permanente et un état de veille pour ne pas tomber dans la routine. C'est l'occasion de remercier tous ceux qui ont permis que cette journée soit aussi réussie : les bénévoles en premier, les associations — Lire entre les vignes, le comité des fêtes, des commerçants et ELU —, les vignerons (qui ont fait déguster leur production avec modération dans la quantité, mais pas dans les explications, l'envie de faire découvrir, comme les éditeurs, ce qui leur tient à cœur), les sponsors institutionnels et privés.

Un dernier mot pour monsieur le maire, lecteur assidu et présent dès la première année, qui soutient le salon. Comme il l'a mentionné dans son discours, cette manifestation doit continuer, évoluer, se bonifier au fil du temps.

Lire entre les vignes doit devenir la manifestation de l'édition indépendante incontournable, le rendez-vous du mois de juin.
A propos, sortez vos agendas et prenez note : en 2011, LIRE ENTRE LES VIGNES ser
a le dimanche 19 juin

 

18 et 20 juin 11118 et 20 juin 14618 et 20 juin 155

 

Pour voir toutes les photos de la journée, cliquez ici

Publié dans édition 2010

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article